bandeau acceuil
Incroyable découverte scientifique...

 

Pascal Roziere Guérisseur, Magnétiseur Rebouteux, une vocation...

ecole primaire

Pascal Roziere guérisseur, magnétiseur rebouteux à Noiseau, petite commune du Val de Marne à moins de 20 km de Paris. Je suis né à La Charité sur loire dans le centre de la France, berceau des guérisseurs, rebouteux, magnétiseurs, panseurs de secrets et conjureurs. Déja tout petit en contact avec ces gens là qui remettaient chevilles foulées, nerfs froissés, luxation ou bien même certaines fractures et qui guérissaient zona, verrues, brulures etc...

 

Premières rencontres avec les rebouteux

pascal roziere à 10 ans

J'avais 10 ans, quand pour la première fois, je fus emmené par ma tante chez un rebouteux dans le Cher après avoir reçu un coup de pied dans la main droite. Il faut voir avec quelle dextérité et rapidité ce vieil homme m'avais remis le pouce qui était retourné et donc luxé.

Puis, à l'âge de 16 ans, après avoir traversé le pare-brise d'une austin, je suis allé bien sûr à l'hôpital pour soit-disant, d'après l'interne de garde qui m'a administré les premiers soins, une entorse du poignet, je me rappelle avoir passé suite à cet accident la plus douloureuse nuit de ma vie. Le lendemain matin, du fait de cette douleur persistante, nous partîmes voir cette fois ci une rebouteuse. Cette vieille femme était tellement âgée que, de mes 16 ans, il m'est difficile aujourd'hui de lui donner un âge. Elle habitait une vieille ferme avec un confort sommaire, nous lui présentâmes mon poignet, elle ne prononça aucune parole et alla chercher dans un tiroir un tube de pommade, certainement à base d'arnica. Elle me fit asseoir et en fit également autant, se plaçant en face de moi. Les seules paroles dont je me rappelle furent "cela va faire mal" ce qui ne me rassura pas trop, effectivement cela me fit très mal mais ne dura pas longtemps. "Ca y est, c'est remis, le mieux serait de faire mettre un plâtre" a-t-elle prononcé.
Nous sommes donc partis à la ville, à l'hôpital qui m'avait pris en charge la veille, ma tante demanda à l'accueil "nous venons faire mettre un plâtre, la rebouteuse à remis le poignet de mon neveu". L'infirmière interloquée par cette demande nous dirigea vers le chirurgien qui était de garde. Ma tante lui expliqua que nous étions passés hier pour un problème au poignet et que vue la souffrance de la nuit, nous étions allés voir une rebouteuse qui nous avait demandé de faire mettre un plâtre sans plus d'explication. Il demanda les radios du poignet puis appela l'interne qui s'était occupé de moi et lui dit, " vous n'avez pas vu sur les radios qu'il y avait une double fracture ? Elle a fait le boulot, vous n'avez plus qu'a le plâtrer !".

reboutement canal carpienCes expériences en tant que jeune patient m'ont certainement marquées à tout jamais pour vouloir en faire mon métier quelques années plus tard. En effet, j'étais en admiration de voir que ces gents là, sans études particulières, sans avoir passé d'examen, sans radio, pouvaients déterminer le problème et en quelques tours de mains arrivaient à remettre en place un pouce et quelques années plus tard un poignet cassé. J'aurais bien voulu à cette époque pouvoir être pris en main par un ou une rebouteuse qui m'aurait transmis son savoir car tout se passe oralement depuis des siècles chez les rebouteux.

Il aura fallu attendre encore quelques années pour rencontrer certains rebouteux qui me transmirent leurs tours de mains et plus particulièrement George Bergoz qui lui était "tombé dans la soupe" à l'âge de 13 ans. Il m'enseigna pendant 3 ans le reboutement sur les différentes disciplines qui sont :

Le massage rebouteux : qui permet de remettre les nerfs, dénouer les muscles, déparasiter les ligaments, crocheter les tendons.

Le reboutement articulaire : qui permet de remettre les os à leur place.

Le reboutement viscéral : qui permet de purger, replacer, décoller, déspasmer touts les organes (foie, vésicule, estomac, etc...) qui peuvent dans 40% des cas entraîner des maux de toutes sortes tels que reboutement carré des lombesnévralgies, maux de dos, etc..

Mon expérience dans le domaine n'a pas directement démarré par le reboutement mais par le magnétisme à l'âge de 21 ans. Très attiré par cette discipline pour laquelle j'avais des prédispositions pour aider, soulager et soigner les personnes qui souffraient autour de moi, différentes rencontres m'ont permis d'évoluer dans ce domaine et d'acquérir différentes techniques. Une rencontre exceptionnelle avec un Monsieur non pas moins exceptionnel, Roger Cogne, âgé maintenant de 85 printemps et ayant 49 ans d'expérience en cabinet et toujours cette passion pour son métier et sa methode thérapeutique énergétique.

Le don

De nombreuses personnes me posent la question : " avez- vous un don? ". Oui, certainement que j'ai un don pour soulager, guérir certaines choses mais malheureusement pas toutes. Evidement que vous avez un don quand après quelques séances de magnétisme ou après avoir utilisé ce que nous appelons le secret que sont ces prières ou conjurations pour couper le feu ou conjurer un zona qui arrêtera rapidement sa progression et ses douleurs, il est évident que tout le monde ne pourra pas le faire.

Tout le monde a des dons !

pascal bureauTout le monde a des dons et cela sans exception. Don, pas forcément pour guérir, mais don pour le bricolage, la cuisine, le jardinage, les affaires, etc, c'est ça le don. Sans même apprendre, certaines personnes pourront démonter un moteur de voiture et bien le remonter, le fait d'apprendre la mécanique va leur permettre d'aller plus loin et d'avoir certaines astuces pour gagner du temps. Le mot "don" vient de doué, doué pour certaines choses et pas pour d'autres. Le don est en partie inné mais parfois nous avons besoin d'un déclencheur qui nous permet de le découvrir, l'exprimer pleinement et le développer.
Chez les enfants de 6 à 10 ans, nous pouvons déjà voir quels seront les dons ou prédispositions qui se dessinent. Comment le voir ? Tout simplement en les observant jouer ; en fonction de leurs jeux favoris, de leurs attirances, on peut voir se dessiner potentiellement leur futur métier ou une aptitude pour la cuisine, le bricolage ou une facilité pour tel ou tel instrument de musique. Pour ma part je jouais souvant le rôle du docteur, du soigneur avec mes camarades de classe ou mes cousins et cousines.

L'intention

Vers l'âge de 8, 9 ans, je devais bien sûrement déjà avoir ce don qui devait se mettre en place quelques années plus tard car je me souviens avoir récupéré un petit chien qui venait d'être sauvagement tué. Il avait été projeté sur un mur et jeté sur un tas de fumier. J'avais, en cachette de tout le monde et sans même en parler à mes copains, pris ce petit chien qui était évidemment mort, et j'ai imposé mes mains dessus pour lui redonner la vie. Bien sur que rien ne s'est passé, mais l'intention de le guérir était là.