bandeau pierrounet
Incroyable découverte scientifique...

 

L'histoire de Pierrounet le rebouteux de l'Aubrac

photo de pierrounet

Né à Nasbinals (Lozère) le 6 décembre 1832 de parents agriculteurs dans la commune de Saint-Laurent-de-Muret, le jeune Pierrounet a sa vie toute tracée : il sera paysan comme ses parents et comme la presque totalité des gens de son village. Dès l’âge de dix ans, il intègre l’été la vie des burons, ces solides bâtisses de granit couvertes de lauzes et perdues au milieu des immensités de son Aubrac natal. On y surveille les troupeaux, on y aide les vêlages, et surtout l’on y fabrique le fromage avec le lait trait dans les pâturages d’estive et ramené au buron dans de lourdes gerles en bois. Pierrounet y gagne ses galons de paysan, passant au fil des ans de l’état de roul, chargé des tâches subalternes, à celui de cantalès, le plus noble, à la fois patron du buron et maître-fromager. Entretemps, l’adolescent est successivement devenu bédelier, autrement dit chargé des veaux, puis pastre, soit gardien du troupeau et responsable de l’élaboration de la tomme.

C’est là, dans ces rudes tâches de buronnier, qu’il découvre très vite le don qui va lui assurer une incroyable notoriété. Ce sont tout d’abord les veaux blessés qui requièrent son attention. Intuitivement, le garçon visualise l’anatomie des animaux et comprend de quelle manière ils peuvent être remis sur pattes, échappant ainsi à un abattage inévitable. Et cela fonctionne : les manipulations de Pierrounet font merveille, et l’adolescent, placé à 17 ans dans une ferme de Saint-Laurent, élargit le champ de ses interventions aux poulains, aux vaches et aux bœufs des exploitations voisines.

Des bêtes aux hommes, il n’y a qu’un pas. Pierrounet, dont la réputation grandit de mois en mois, le franchit en réduisant les entorses, luxations et fractures dont sont victimes les paysans du canton. En ces temps où les médecins de l’Aubrac sont rares, chers et souvent impuissants à soigner ces blessures, la réputation de Pierrounet s’étend très vite, et la clientèle vient parfois de fort loin pour solliciter le don de ce jeune paysan aux mains expertes qui se met spontanément au service des accidentés.

Des patients… américains !

Utile à ses contemporains, l’activité de Pierrounet lui est également profitable : bien que le rhabilleur, comme on dit en Aubrac, n’exige rien en échange de ses services, les dons spontanés affluent en remerciement d’une guérison souvent vitale pour des paysans réduits à une catastrophique inactivité. Un argent dont Pierrounet trouve rapidement l’usage : en 1852, victime d’un mauvais numéro lors du tirage au sort de conscription, le jeune homme est condamné à partir pour sept ans à l’armée comme le veut la loi. Grâce à l’argent économisé, il cède son numéro de conscrit à son frère en échange d’une confortable indemnité.

En 1858, âgé de 26 ans, Pierrounet abandonne le métier de paysan, trop prenant, pour celui de cantonnier dans la commune du Buisson, activité qui lui laisse plus de temps pour s’occuper des patients qui affluent d’un peu partout. Parmi les habitants de la commune figure une certaine Marie-Rose Meissonnier. Pierre Brioude l’épouse en 1863. Quelques mois plus tard, Pierrounet et sa femme partent s’installer à Nasbinals dans une modeste maison achetée avec les économies du couple. C’est là, dans une petite pièce, que Pierrounet reçoit ses patients, parfois tôt le matin, souvent tard dans la soirée lorsqu’il a terminé son travail de cantonnier. Mais il lui arrive également d’intervenir dans des salles de café ou d’auberge, et même en pleine nature quand les circonstances le nécessitent.

Les années passent, et la réputation de Pierrounet ne se dément pas, portée par les commentaires élogieux des patients guéris. On voit affluer à Nasbinals des éclopés venus de régions lointaines. Il en arrive même d’outre Atlantique : des expatriés revenus du… Canada et des États-Unis en quête d’une guérison. Pierrounet soigne désormais 20, 25, voire 30 clients par jour.
Des gens qu’il faut loger et nourrir. Grâce au rhabilleur, trois hôtels sont construits à Nasbinals, principalement pour accueillir ses patients, et un service de voitures à cheval est mis en place pour relier Nasbinals à la gare d’Aumont.

Stupéfaction dans l’amphithéâtre

Basés sur la technique d’extension / contre-extension, les soins de Pierrounet nécessitent force et précision, mais aussi une mise en confiance dans laquelle le rebouteux excelle. Quant au doigté, Pierrounnet n’en manque pas, notamment dans ses deux pouces phénoménaux dont il se sert pour explorer les cavités osseuses. Il lui faut néanmoins de l’aide pour réduire certaines luxations et fractures. Des assistants appelés à la rescousse s’emploient à cette tâche. Parmi eux, la fille aînée de Pierrounet qui restera à son côté jusqu’à sa mort le 8 mars 1907. Pierre Brioude est âgé de 75 ans lorsqu’il décède d’une crise d’hypertension, au grand dam d’une population désemparée et unanime à porter le deuil de son rhabilleur.

Unanime ?

Pas tout à fait, car le syndicat départemental des médecins n’est pas fâché de voir disparaître ce concurrent illicite qu’il a fait condamner deux ans plus tôt pour « exercice illégal de la médecine » par le tribunal de Marvejols contre l’avis d’une foule entièrement acquise à Pierrounet. Une condamnation sans effet : soutenu par les Lozériens, le rebouteux n’interrompt pas ce qu’il considère comme une mission quasiment sacrée. Il est vrai que le petit Pierre aurait directement reçu son don du Ciel en remerciement de la réparation qu’il fit, enfant, d’une croix hosannière cassée par des bergers.

Légende évidemment. Comme cette anecdote qui a pourtant encore la peau dure ici et là en Aubrac : Un jour, disent les conteurs locaux, Pierre Brioude est convoqué par les éminents professeurs de la Faculté de Médecine de Montpellier. Reçu dans les prestigieux locaux par ces sommités, le rebouteux sort de son ample blouse de travail un agneau dont il luxe les membres dans un concert de craquements et de bêlements. La pauvre bête, désarticulée, git sur le sol, incapable du moindre mouvement. Pierrounet met alors médecins et chirurgiens au défi de remettre l’agneau sur pattes. « Impossible ! » déclarent doctement les scientifiques, drapés dans leurs certitudes. Pierrounet saisit alors l’animal et, en quelques manipulations, remet sur pied l’agneau qui, tout joyeux, se met à gambader dans l’amphithéâtre sous le regard stupéfait des médecins.

Toujours présent dans la mémoire collective des habitants de l’Aubrac un siècle après sa mort, Pierrounet l’est également physiquement dans le village de Nasbinals, sous la forme d’un buste de bronze posé sur un socle de granit où figurent symboliquement des béquilles. L’œuvre, conçue par le sculpteur Joseph Malet, a été financée, réalisée et inaugurée quelques mois seulement après le décès du plus célèbre rhabilleur de Lozère. Mieux que n’importe quel témoignage, cet empressement à honorer Pierrounet montre, dans ce pays âpre et sévère où chaque sou est durement gagné, à quel point l’enfant du pays était tenu en haute estime.

Il se trouve même encore des gens pour soutenir que jamais l’Aubrac n’a retrouvé de praticien aussi expert, pas même parmi les meilleurs diplômés de la Faculté. On murmure pourtant qu’ici ou là… Mais à l’heure de la judiciarisation, mieux vaut taire les bonnes adresses. Les rebouteux et les guérisseurs sont à cet égard comme les champignons : inutile de crier sur les toits où ils ont pris racine

Pierre Brioude plus connu sous le nom de Pierrounet le rebouteux de l'Aubrac est né le 6 décembre 1832, dans un famille de paysans.
Cantonnier en 1856 (au Buisson, à 6 kilomètres de Saint-Laurent de Muret puis muté en 1881 à Nasbinals pour s'occuper de la route de Nasbinals à Marvejols)

Pierrounet avait appris sa pratique sur des animaux, il avait dès l'âge de 10 ans été placé comme buronnier. il avait appris à remettre en place les pattes des veaux trop aventureux. Petit à petit, il s'était essayé sur des hommes, et avait plus souvent réussi que manqué son coup. Aussi, la clientèle accourut, et fit la fortune (tout est relatif...) de Nasbinals.
On estime que de 1880 à 1907, 30 à 35 patients venaient le consulter tous les jours dans sa maison, ou sur les bords des routes, là où il travaillait ; un service de voitures à cheval avait mème été mis en place depuis la gare d'Aumont, et l'hôtellerie à Nasbinals.

Le courrier d'Auvergne le décrit en 1898 : "Pierrounet est âgé de 65 ans. C'est un robuste montagnard, belle carrure, fortement charpenté, d'une force remarquable, figure douce et allongée, collier agrémenté d'une barbiche, le tout très noir, à peine semé de quelques poils grisonnants, yeux bleus, pouces de dimension et de force légendaires, manières affables et simples, modeste et timide, aimant servir et pourtant désirant passer inaperçu, proprement vêtu d'un pantalon sombre et d'un gilet noir à manche... ajoutons qu'il est doué d'unephoto statud de pierrounet mémoire quasi-extraordinaire." Tous n'étaient pas aussi satisfaits : en juin 1905, il était assigné devant le tribunal de Marvejols par l'ordre des médecins, pour exercice illégal de la médecine. Il sera condamné à 100 francs d'amende...

Il meurt le 8 mars 1907. La réaction des habitants de Nasbinals est éloquente : "De que faroù lou monde, aro que Pierrounet est mort ?" (Que feront les gens, maintenant que Pierrounet est mort ?).

En 1909, un comité constitué pour l'érection d'une statue de Pierrounet fait réaliser par Malet, sculpteur à Millau, la statue inaugurée le 26 septembre 1909, et qui se trouve toujours sur le foirail de Nasbinals. Remarquez, quand vous y passerez, les béquilles sculptées sur le socle de la statue
Pierrounet, rebouteux de l’Aubrac
Pierre Brioude, plus connu sous le surnom de Pierrounet, découvre très jeune qu’il possède un don : remettre en place les membres démis ou fracturés des animaux dont il a la charge. Des bêtes, il passera aux hommes et deviendra le plus célèbre rebouteux du Massif Central...